2ème billet lecture, cette fois ce sont mes coups de coeur de ces dernières semaines !

DSC02698

- Féroces de Robert Goolrick : Virginie, Etats-Unis, dans les années 50. La famille Goolrick fait partie de ces familles respectées et respectables, à qui la vie semble facile et légère. De cocktails en dîners, l'auteur nous dépeint des scènes de famille enjouées et ennivrées. Mais dans l'intimité des Goolrick, une fois l'ivresse passée, on se rend compte que la famille est à court d'argent, qu'elle méprise ses 3 enfants, que les parents ne cessent de se disputer pour tout et rien. J'ai été littéralement embarquée par l'écriture et le style de ce roman. C'est fin, c'est léger, les souvenirs d'enfance sont aussi réjouissants que nostalgiques, teintés d'un voile de mélancolie et d'autodérision. Robert nous livre sa vie sans concession, sur un plateau. Les aller-retour entre le présent et le passé se font naturellement, un évènement en expliquant un autre. Jusqu'à la terrible révélation. Le ton drôle et touchant laisse alors la place a une vérité crue innommable. Je suis tombée de haut. Forcément, je me doutais que quelque chose de terrible s'était passé pendant cette enfance aux airs idylliques. Forcément, les cicatrices avaient une cause réelle. Forcément. Mais jamais je n'aurais imaginé une horreur et une violence aussi insoutenable. Il est de ces livres qui vous font réagir physiquement - celui-ci en fait incontestablement partie. J'ai pris un coup de poing dans l'estomac. C'était si beau et si horrible à la fois...

"Je donnerais tout, n'importe quoi, pour être l'homme à qui cela n'est pas arrivé.

Je ne peux m'y résoudre.

J'ai essayé toute ma vie, et je ne peux pas m'y faire."

"Je la raconte [cette histoire] parce que j'ai dans le coeur une douleur poignante en imaginant la beauté d'une vie que je n'ai pas eue,

de laquelle j'ai été exclu, et cette douleur ne s'estompe pas une seconde."

-Terrienne de Jean-Claude Mourlevat : Anne est à la recherche de sa soeur, Gabrielle, qui a disparu un an auparavant. C'est après avoir entendu un étrange message dans sa radio qu'elle se rend sur une petite route perdue, où elle se fait prendre en stop par un vieil homme. Il la dépose à un croisement, en direction de Campagne. C'est là qu'Anne passe de l'autre côté. A Campagne, les personnes sont différentes de nous : elles ne respirent pas, elles ne pleurent pas, elles n'enfantent pas, elles ne meurent pas, elles n'éprouvent ni colère, ni peur, ni amour... Anne devra faire attention si elle ne veut pas être repérée. Elle va d'ailleurs rapidement se rendre compte que sa soeur a été enlevée. Car les Terriennes sont des proies de choix pour les personnes haut placées de Campagne. Mais dans ce monde aseptisé et "normé", il y a des failles. Par endroit, la nature et les sentiments ont repris leurs droits. Anne est une héroïne pleine de courage et l'amour qu'elle porte à sa soeur est extrêmement touchant. Ce monde parallèle qui nous est décrit est effrayant ; le libre-arbitre a été réduit à néant ; la normalité, c'est d'être tous identiques. Les hommes et les femmes ne sont que des objets, voués à vivre une vie sans saveur, avant de sombrer dans une dépression telle que la mort est la seule issue. Une mort organisée, terrifiante, qui ne peut que rappeler de terribles moments de l'Histoire. J'ai été horriblement choquée par la vie menée par les habitants de Campagne, inconscients du destin funeste qui les attend ; certains s'en sortent, d'autres pas. Anne aura à traverser bien des épreuves avant de découvrir si Gabrielle est toujours en vie... Une lecture choc, la découverte d'un auteur aussi, j'ai foncé sur ses autres bouquins, du coup !

- Chroniques de la fin du monde de Susan Beth Pfeffer : le dernier tome de la trilogie. J'étais impatiente de découvrir ce qui attendait nos 2 héros, un an après la catastrophe qui avait ravagé la planète. Le premier tome nous avait fait découvrir les conséquences catastrophiques de la chute de l'astéroïde sur la Lune dans la petite ville de province de Miranda, tandis que le deuxième nous avait fait plonger avec Alex dans l'enfer d'un New York dévasté. Le troisième et dernier tome réunit les 2 protagonistes principaux, prêts à tout pour survivre dans un monde qui ne sera plus jamais le même. Je n'en dis pas plus, mais les éléments se déchainent à nouveau, l'espoir et la peur sont omniprésents, les petits bonheurs ont du mal à rivaliser avec les grandes tragédies...je referme avec un brin de tristesse cette merveilleuse histoire, si sombre mais tellement réaliste !

- Nouvelles chroniques de San Francisco d'Armistead Maupain : la suite des mésaventures des habitants de Barbary Lane. C'est drôle, c'est touchant, c'est très révélateur de certains de nos "travers" contemporains, c'est politiquement incorrect à souhait (on y parle sexe, drogue et prostitution sur un ton jubilatoire), je me suis terriblement attachée à cette drôle de "famille" haute en couleurs. Des secrets vont être révélés sur l'identité de l'excentrique logeuse Madame Madrigal, Mary Ann va tomber amoureuse, Michael va faire son coming-out, quelqu'un va mourir, quelqu'un va donner la vie, une sombre histoire criminelle va être mise à jour...bref, on ne s'ennuie pas une seule seconde ! La suite m'attend pour cet été !